Devenir un pro des réseaux sociaux

28 juin 2017

Devenir un pro des réseaux sociaux

Les réseaux sociaux sont devenus un passage obligé pour la plupart des entreprises. Mais comment mettre en place une démarche et bien gérer son e-réputation ? Spécialiste de la question, Arthur Boivin nous livre ses recommandations.

Toutes les entreprises doivent-elles être présentes sur les réseaux sociaux ?

Oui, c’est nécessaire pour une entreprise si elle veut se diversifier ! Beaucoup de dirigeants se disent  « Pourquoi j’irai sur les réseaux sociaux puisque mes clients n’y vont pas ? » Or, être présent sur les réseaux sociaux permet justement de diversifier sa clientèle. Par exemple, sur le réseau social LinkedIn on peut faire une recherche d’entreprises d’un secteur donné dans un rayon de 10 km autour de Pau. Cela permet au chef d’entreprise de mieux comprendre son marché puis de mieux suivre sa relation client.

 

Concrètement, par quoi commencer ?

Par changer de vision ! Il faut communiquer en interne, il est essentiel d’expliquer la démarche aux salariés. Car sur les réseaux sociaux tout passe par la personne, par un profil personnel. Certains salariés ne comprennent pas qu’on leur demande d’avoir une action sur la communication de la société.

 

Faut-il faire appel à un community manager ?

Pour une petite entreprise c’est très compliqué d’externaliser. Par contre, faire venir un intervenant pendant une demi-journée peut aider à lancer la démarche. Il est indispensable d’avoir un leader en charge de l’e-réputation. Cela peut être une personne ayant une appétence pour les réseaux sociaux. Cette mission doit être incluse dans sa fiche de poste. L’e-réputation passe beaucoup par le profil personnel du dirigeant qui doit s’impliquer. J’ai par exemple travaillé pendant un an pour que mon profil LinkedIn passe de 500 à 30 000 contacts !

 

Est-il nécessaire de s’inscrire sur plusieurs sites ?

Non, une petite entreprise doit se concentrer sur un seul site car c’est très chronophage. Pour une petite société en BtoB je conseille de passer par LinkedIn, en BtoC par Facebook. Ensuite, il faut essayer différentes petites actions de façon régulière afin de voir ce qui réagit ou non sur le réseau. Au bout de 6 mois, il est intéressant de faire un bilan. Cela permet de voir si l’audience de son réseau augmente, combien de personnes sont touchées par vos posts… Et si besoin de réorienter sa stratégie.

 

Sur les réseaux sociaux on s’expose aussi à des critiques ?

C’est pourquoi il faut effectuer une veille régulière afin de répondre rapidement et systématiquement à chaque remarque négative ! Pas forcément pour s’excuser mais pour expliquer sa démarche. Sur les réseaux sociaux, l’échec arrive très vite. Il faut aussi relativiser les critiques et ne pas se laisser trop atteindre par elles.

 

Dynamic n°142 juillet-août-septembre 2017

Arthur Boivin Tour de la question Dynamic n°142

Arthur Boivin a fondé l’entreprise Skills4 qui développe des technologies pour mettre en contact des entreprises du secteur de l’énergie et des consultants.  En 2010, il avait déjà créé une société dédiée à l’e-réputation, il a par ailleurs donné de nombreuses formations dans ce domaine.

 

 

 

Pour aller plus loin  :

Le livre « Réseaux sociaux, comprendre et maîtriser ces nouveaux outils de communication » de Romain Rissoan, éditions ENI