Des finances mieux cadrées pour une gestion d’entreprise sereine

16 novembre 2016

Des finances mieux cadrées pour une gestion d’entreprise sereine

On sait qu’une entreprise sur deux échoue en raison d’une gestion insuffisamment anticipée. Or, éviter les difficultés financières est souvent plus simple qu’il n’y paraît. Quelques explications par un spécialiste de la finance.

Quelle est la priorité pour bien gérer son entreprise ?

Que ce soit dans le cadre d’une création, d’une reprise ou simplement de la gestion courante d’une entreprise, l’objectif numéro un est de couvrir l’ensemble des charges grâce à des ressources suffisantes. Pour y parvenir, il faut commencer par évaluer les besoins d’investissement. Un restaurateur, par exemple, devra penser aux frais de constitution de sa société, à l’achat du mobilier et de la caisse, à l’aménagement des vitrines…

Comment s’y retrouver entre les différentes charges ?

On distingue trois types de charges structurelles : les charges courantes dites de fonctionnement, les investissements et le remboursement des crédits ainsi que le retour sur investissement demandé par les actionnaires.

Comment définir de manière réaliste son chiffre d’affaires ?

Il faut traduire, très concrètement et dès le début, la vie de l’entreprise en flux financiers. Le chiffre d’affaires est le résultat de l’activité qu’on projette dans le budget prévisionnel qui est le document de référence. Le dirigeant doit avoir un œil dessus au quotidien et surveiller certaines lignes budgétaires, tout en anticipant les sorties de trésorerie. En clair, il doit vérifier très souvent que le chiffre d’affaires, que j’appelle le carburant de l’entreprise, soit conforme au prévisionnel.

Que faut-il retenir en priorité ?

La tendance est d’oublier, dans le prévisionnel, certains coûts cachés ou immatériels, comme la communication. Spécifiquement le porteur de projet a tout intérêt à se faire accompagner par un comptable qui l’aidera à lister toutes ses charges. Lors du premier rendez-vous, souvent gratuit, le comptable valide la faisabilité. Attention aussi à ne pas sous-estimer le besoin initial en trésorerie ! Il est de bon augure d’alerter le comptable dès la moindre difficulté à équilibrer son budget.

Quelles sont les garanties d’une gestion réussie ?

Les success story reposent souvent sur des chefs d’entreprise qui impliquent leur équipe  et considèrent les réussites comme collectives. La transparence, en interne et vis-à-vis de l’extérieur, est également primordiale ainsi que de bonnes relations avec son banquier. Pour assurer un développement viable, il faut toujours anticiper et avoir une vision de son entreprise sur trois ans minimum.

Dynamic n°139 octobre-novembre-décembre 2016

Arnaud-Prince

Arnaud Prince est délégué départemental de l’ordre des experts-comptables en Pyrénées-Atlantiques. Egalement commissaire aux comptes pour le cabinet Audec à Morlaàs, il nous donne les clés d’une gestion réussie.

Pour aller plus loin  :
Trois actions clé pour gérer son entreprise : http://www.petite-entreprise.net