Vous allez chausser nos montagnes !

7 mars 2018

Vous allez chausser nos montagnes !

Stéphane et Philippe se sont rencontrés par hasard. L’un avait déjà mis les deux pieds dans la petite fabrique de chaussures « Le Soulor », l’autre tout juste le bout de l’orteil. Et c’est après de passionnantes discussions qu’ils ont décidé de poursuivre ensemble l’aventure de la belle béarnaise…

Depuis deux ans, l’atelier de chaussures installé à Pontacq revit. Avec leur petite équipe, les deux associés se sont donné les moyens de relancer l’activité, d’en diversifier les produits tout en misant sur le savoir-faire et la qualité.

Où mène l’excellence

Une chaussure, ça commence par l’achat de cuir. « Un cuir de premier choix, en provenance du Pays basque et d’Alsace », insiste Stéphane, en caressant une peau souple et tannée. « 95% de nos produits sont d’origine française ; nous utilisons un peu de doublure d’Espagne et c’est tout ». Leur travail c’est d’abord des matières premières dont la qualité a été éprouvée et un savoir-faire de tradition. Tout est fait à la main, ce qui permet de retravailler la chaussure à tout moment, même une fois que celle-ci a été portée.

Le délai entre le moment où l’on passe commande et la livraison est de 3 mois. La procédure est certes simple mais représente un travail méticuleux, réalisé avec soin. Les empiècements sont découpés dans le cuir, en suivant les caractéristiques du pied. Les pièces sont ensuite assemblées puis on utilise ce que l’on appelle des formes – en bois ou en plastique recyclé – que l’on garnit tout simplement de l’assemblage réalisé. La semelle est piquée, les finitions réalisées et c’est enfin que l’on retire la forme. « Nous faisons un double piquage. Ce qui rend la chaussure particulièrement résistante. On parle alors de cousu norvégien », précise le dirigeant.

En France, il n’y a plus que deux concurrents qui produisent des chaussures au « cousu norvégien » : Heschung en Alsace et Paraboot en Isère.

Au final, des chaussures aux finitions parfaites et d’une élégance sans commune mesure avec les chaussures fabriquées en série.

L’aventure continue…

Depuis que Stéphane a repris l’entreprise, la cible client a évolué. « Hier, nos principaux clients étaient bergers, agriculteurs,  forestiers…. Aujourd’hui notre clientèle évolue aussi vers  les CSP+ à la recherche de qualité et de longévité», explique-t-il. Le prix des chaussures varie de 120 à 400 € avec un prix moyen de l’ordre de 270 €. « Notre point fort c’est le sur mesure. Nous pouvons réaliser une chaussure dans le cuir et la couleur souhaités. Nous pouvons vraiment suivre la fantaisie du client, ses goûts ». Autre particularité : aucun intermédiaire ou distributeur entre le fabricant et le client. « Nous nous positionnons en BtoC ; le contact direct et de confiance avec le client est très important pour nous », précise Stéphane.

Homme, femme, petite ou grande pointure – du 35 au 49 – pour la ville ou pour la montagne et l’équitation, chacun peut trouver ce qui lui convient.

Aujourd’hui, le marché reste encore confidentiel et local. Une boutique est présente à Pau, rue des Cordeliers, et une prochaine échoppe devrait ouvrir ses portes à Tarbes, voire à Bordeaux. A terme, la petite entreprise souhaite conquérir le marché national, faisant ainsi la preuve que le savoir-faire béarnais a encore de beaux jours devant lui.

Si ma chaussure est étroite, que m’importe que le monde soit vaste

Proverbe turc

 

 

L’équipe :

Antonio et Robert au montage à la main.

Quentin, coupeur et spécialiste orthopédiste

Hélène qui passe le flambeau à Stéphanie à la piqûre.

Stéphane et Philippe qui dirigent l’atelier … et aident à la production.

 

 270 €

c’est le prix moyen d’une paire de chaussures

 

Du 35 au 49

ce sont les pointures disponibles

Chaussures hiver / été

 

3 mois

c’est le délai de livraison